Massive Health, le passionnant projet d’Aza Raskin

Massive HealthJ’ai déjà évoqué Aza Raskin sur ce blog, c’est un gonze qui suscite mon admiration pour nombre de raisons. Après avoir largement contribué aux projets de Mozilla, il se lance dans la création d’une startup : Massive Health.

Le projet de Massive Health est assez obscur au premier abord : mettre le design au service de la santé. Personnellement, ça n’évoque rien chez moi, je n’ai aucune idée a priori de ce que peut apporter le talent d’un Aza Raskin à quelqu’un de malade … j’ai donc été lire son article sur son blog personnel histoire de me convaincre qu’un tel projet a un potentiel.

Honnêtement, j’ai survolé les premiers paragraphes en me disant que je n’allais pas tirer grand chose de son blabla « pot de départ, j’ai une super idée » . Jusqu’à ce qu’il évoque sa famille.

Là, son article est devenu passionnant. Aza Raskin parle de sa mère obèse, elle-même infirmière et en première ligne pour soigner les problèmes liés à … l’obésité. Il pose le paradoxe : comment se fait-il qu’on puisse être obèse quand on passe sa vie à voir les désastres que ça crée ? Puis explique ce qu’il pense être la clé : notre cerveau ne gère pas bien les récompenses « retardées » mais optimise les récompenses immédiates, ce qu’il illustre par cet exemple que je traduis ici :

Le cake que j’ai mangé ne transforme pas matériellement mon corps pour le reste de la journée ou le lendemain. C’est l’addition des cakes que je mange ou non de semaine en semaine qui fait que je reste en forme ou que je grossis. Les circuits du plaisir de notre cerveau nous conduisent à optimiser le bonheur à court terme (Cake !) plutôt que la santé à long terme (obésité, maladies coronariènes, diabète …)

The cake I eat today doesn’t materially change my body for the rest of today or tomorrow. It’s the incremental amount of cake I eat or don’t over weeks and months that makes me fit or fat. Our brain’s pleasure circuits lead us to optimize short-term happiness (cake!) over long-term healthiness (obesity, coronary heart disease, diabetes).

Le défi d’Aza Raskin est donc de parvenir à transformer cette logique implacable pour faire en sorte que ces gains de santé sur le long terme passent au premier plan, via le design, des indicateurs mis à jour fréquemment et les sciences cognitives. Il prend l’exemple de marques de voiture qui ont constaté qu’en représentant graphiquement la consommation au kilomètre en temps réel (ou presque) , le comportement des conducteurs évoluait de manière à l’optimiser.

Si j’ai tout compris, il souhaite donc créer une sorte de tableau de bord dont les indicateurs seront suffisamment pertinents et incitatifs pour modifier le comportement de quelqu’un, qu’il comprenne son corps et qu’il prenne du plaisir à faire en sorte que ces indicateurs évoluent.

Tout ça me fascine, parce que les enjeux sont colossaux, parce que la méthode est disruptive et aussi, sans vouloir faire dans la mièvrerie, parce que le discours de Raskin est touchant. A suivre !

Sources :

Aparté : Le site de Massive Health est un super exemple de site « salle d’attente » !