De surprenants points communs

Quel est le point commun entre les sites sérieux sur la mode masculine, les sites sur la gestion du budget, l’argent ou l’investissement, les sites sur le développement personnel, les sites sur le minimalisme et les sites sur le développement durable ?

Ils appellent tous à moins consommer.

D’une façon ou d’une autre, tous ces sites nous incitent à freiner nos ardeurs de consommateur. Certains le font en creux, comme les sites de mode masculine ou de développement personnel, d’autres le font très frontalement, comme les sites de gestion de budget ou, évidemment, de développement durable.

\\\\\ \

Ca peut sembler surprenant, mais il y a une certaine logique dans tout ça.  Quelques exemples devraient vous aider à comprendre où je veux en venir :

Sur BonneGueule ou même Parisian Gentleman, on nous explique, entre 2 articles sur comment porter la cravate ou le chino, comment choisir des vêtements de meilleure qualité. Investir dans un vêtement qui dure, c’est acheter des vêtements moins souvent, c’est donc moins consommer.

Sur le blog du formidable outil You Need A Budget, on apprend à gérer son budget pour ne plus avoir à mourir d’angoisse à chaque facture qui tombe et mettre l’argent là où sont nos priorités. Devinez quoi, à longueur d’article, on nous dit de moins consommer.

Sur les blogs sur le minimalisme, les auteurs nous expliquent pourquoi ils privilégient les expériences aux objets : pour eux, une fois achetés, ils ont plus souvent tendance à encombrer nos placards qu’à remplir de joie nos petits coeurs fragiles. Là-aussi, c’est moins consommer.

Sur Lifehacker, j’ai appris que la plupart des millionnaires américains ne roulent pas en ferrari mais sont des gens des classes moyennes – des gens comme vous et moi – qui ont mis de côté et investi pour se constituer des rentes. Ca ne va pas sans moins consommer.

Quand on se renseigne sur le réchauffement climatique, on apprend que la consommation des 500 millions de personnes les plus riches du globe est responsable d’au moins 50 % des émissions de CO2. Les personnes en question, c’est vous, moi et quelques centaines de millions d’autres. Si on veut remédier à ça, il va bien falloir un jour qu’on se mette à moins consommer.

On s’est plantés sur toute la ligne.

(224/365) face down on aisle 4

Mine de rien, on a ici un faisceau d’indices de sources pourtant discordantes qui nous martèlent un message simple : on s’est plantés sur toute la ligne. Le consumérisme ne rend pas plus heureux, ne rend pas plus riche et ne rend pas nos sociétés plus prospères. C’est même tout le contraire.

En bon couillon qui a souscrit à ce mode de vie pendant une majeure partie de ma vie, je me sens un peu lésé par cet énorme mensonge : non, la croissance de ma consommation n’est pas nécessaire à mon bonheur au quotidien.

J’ai commencé à prendre conscience de ça il y a quelques années maintenant, et aujourd’hui, après plusieurs mois passés à réduire ma consommation de manière constante, je constate que ma vie n’est en rien devenue un enfer. Je dirais même qu’elle est plus heureuse qu’avant.

Ce sera l’objet du blog : vous expliquer ma démarche, ce qu’elle m’apporte et ce qu’elle change à ma vie – en bien comme en mal – , dans l’optique, je l’espère, d’être suivi par quelques uns d’entre vous sur ce chemin.

ps : Ouais, ça n’a rien à voir avec les contenus précédents.

 

 

 

  • Pouce en l’air.

  • Thx Sélim ! Je vois que je suis pas le seul à prendre ce chemin, c’est plutôt une bonne nouvelle :)