Tumblr est un conglomérat de fétichistes

Il y a quelques jours mashable a écrit un excellent article expliquant pourquoi les grandes marques de mode se ruaient sur Tumblr. Dans cet article, Cecilia Liu, la dir com de Spade NY dit ceci :

People are using and sharing beautiful visuals on Tumblr, posting things they think are inspirational

Selon moi elle a tout compris. Les marques de mode adoptent en effet Tumblr parce que la plateforme héberge une communauté grandissante d’amateurs de mode qui passent un temps infini à sélectionner une à une les pièces de leur collection.

Tumblr est en effet un réseau social de collectionneurs, un conglomérat de fétichistes, du dingue de lunettes vintage à l’otaku fana de robots japonais en passant par le plus chic amateur de design d’intérieur ou tous les dingos qui collectionnent des trucs totalement improbables comme des photos de Kim Jong Il en train de regarder des objets.

Ce n’est évidemment pas un hasard si le fétichisme a tant sa place sur Tumblr, l’outil s’y prête à merveille. Le combo microblog + dashboard façon twitter / profil personnalisable à l’envi / fonctionnalités de partage très abouties (reblog + applet de partage) rend en effet l’exercice de la collectionnite plus facile que jamais. Jour après jour, on se construit un cabinet de curiosités sur son thème de prédilection, parfois en scrutant le net pour trouver la perle rare, parfois en partageant le contenu publié par un autre.

Ces fonctionnalités sont ce qui fait de Tumblr une plateforme unique en son genre, mais c’en sont aussi les limites : si rien n’empêche de créer un vrai blog et d’y partager des textes aussi longs que des romans, c’est l’immédiateté qui prime. On se rend vite compte en faisant un tour sur le dashboard et sur la plupart des profils que ce sont les images, les vidéos, la musique et les citations qui sont, de loin, les contenus les plus prisés. Il faut que ça aille vite, qu’un contenu soit partageable en un minimum de temps.

Ainsi, quand on travaille dans la mode, Tumblr est presque une évidence : c’est assez facile de créer du contenu qui se partage facilement et puisse alimenter des collections, on prend une photo et bam on a un contenu qui peut intéresser quelqu’un (ok, c’est très expéditif).

Mais il n’y a pas que la mode : la plateforme se popularise donc d’autres industries vont y débarquer, les entreprises qui se lancent devront bien réfléchir à leur politique de contenus et surtout à la cible qu’ils souhaitent toucher. Parce que Tumblr est peuplé de gens amoureux de ce qu’ils partagent, il va falloir leur donner exactement le type de contenus qu’ils recherchent. Et ça, c’est loin d’être gagné…