Non, tu ne cherches pas un Community Manager influent.

Cet après-midi, une annonce de recrutement a commencé à circuler sur facebook et twitter. Un gonze cherche un community manager expert, réactif et influent.  Expert, réactif et influent ! Il aurait cherché un néophyte mollasson et anonyme je me serai dit qu’il cherchait un stagiaire issu d’une grande école potagère mais non, ici, c’est la crème de la crème qu’il exige.

Depuis que je suis sur twitter, j’en ai vu passer des offres plus ou moins foireuses demandant soit un bagage qu’environ 3 personnes en France sont susceptibles de posséder soit des compétences totalement antinomiques, type « vous êtes commercial de formation et avez déjà travaillé au sein de la rédaction d’un grand journal » , soit les 2. Et quelques unes comme celle évoquée plus haut…

Mais bordel, on est en 2011, le monde est censé avoir changé mais on nous prend encore pour une poires ! dit-il d’un ton courroucé, en regardant la belle Hélène, qu’il dégustait du regard et dégoûtait, aussi.

Ce qui me hérisse le poil avant toutes choses, c’est ce critère de recrutement à tomber par terre : il faut être influent. Mais influent en quoi ? Il faut être célèbre, avoir plein de followers sur twitter et d’amis sur facebook, un blog très lu ? En quoi est-ce que ça va me permettre de mieux fédérer / gérer / animer la communauté d’une marque ?

Une fois n’est pas coutume, je vais parler de moi : Jadis, j’étais membre d’une importante communauté de jeux-vidéo. J’étais déjà là quand elle était petite, cette communauté, et à force de discuter sur les forums et de prendre position lors des débats j’ai fini par y avoir une certaine influence. Soit, j’étais influent : ma parole comptait et je bénéficiais d’un vrai pouvoir de persuasion auprès d’une communauté qui comptait quelques dizaines de milliers de membres. Mais si vous me sortiez de cette communauté, je redevenais un pékin parmi les pékins, aussi influent que n’importe quel autre blaireau qui débarquait là.

J’ose croire que c’est la même chose aujourd’hui. Peu importe l’influence qu’on peut avoir et le public  qui nous suit, quand on prend la parole au nom d’une marque, j’estime qu’il faut faire profil bas et gagner la confiance de chacun au jour le jour, au risque de se prendre un retour de bâton phénoménal et mettre l’image de la marque en jeu. L’ego, on le laisse au placard un moment et on se met seulement et avant tout au service de la marque et de ses clients.

Bref, toi recruteur, tu ne cherches pas quelqu’un d’influent, non, tu cherches un CM avec un bagage en relations presse et qui s’intéresse de près à ton secteur d’activité. Il sera capable de détecter qui peut t’aider à promouvoir ton produit et tâchera de rentrer en relation avec eux. Pas la peine d’être influent, il suffit d’être courtois, de savoir rédiger un mail pour présenter un produit et d’y mettre plein de bonne volonté.

L’influence, laissons-la à ceux qui en ont…

INFLUENCERS FULL VERSION (FR) from R+I creative on Vimeo.

  • Effectivement l’influence est toute relative, nombre de blogueurs s’en sont rendus compte en leur temps quand il a fallu monétiser leur « travail ». Ils se croyaient adulés et aimés et ont découverts les trolls … que l’ont retrouvent maintenant dans les réseaux sociaux.
    On croit enfin que parce que le chômage est élevé, les recruteurs auront plus de faciliter à trouver les perles rares. Avec les nouvelles technologies, les métiers deviennent de plus en plus pointus, il ne faut donc pas rêver, un temps d’adaptation est toujours nécessaire pour démarrer dans un nouveau job, faut-il trouver les personnes les plus aptes à s’adapter. Celles qui ont eu de nombreuses expériences, notamment !

  • + 1000 !
    Bientôt on demandera au CM d’être populaire !
    Cela démontre la méconnaissance des sociétés sur ce métier et ses pratiques.

    Même celles intéressées par le recrutement d’un CM ont du mal à définir sa fiche de mission et son profil…

    Comme sur le nombre de stages de 6 mois que l’on trouve régulièrement: « tiens le jeune, fais moi une belle e-réputation qui restera intacte même après ton départ » Désolé mais c’est une course de fond où la légitimité et la confiance des clients se gagnent (mais ne s’achète pas).

    Messieurs et mesdames les recruteurs et dirigeants: Faîtes-vous accompagner !!!

  • Betty

    Je LOL. Merci pour cet article d’une grande vérité. En même temps, ce type de demande n’est-elle pas due à certains agissements de la part des blogueurs « dits » influents qui se sont vendus aux clients en même temps que leurs reco ???

  • Taoufik

    C’est un excellent papier.

  • Fabrice

    On ne saurait mieux dire. Juste un point qui manque. Il est possible de trouver des personnes qui ont toutes ces compétences, j’en connais :-) Mais, les salaires proposés sont souvent destinés à des juniors débutants. Une donnée à prendre en compte. Quand à l’influence c’est une notion très discutable. Avoir 4 000 followers ou avoir un blog très lu ne confère pas de l’influence et tu n’es pas reconnu dans la rue…Il faut savoir raison garder.
    Tu as raison, le métier est assez simple si l’on s’appuie sur les fondamentaux, le reste c’est du vaporware.

  • C’est pas idiot ton post! :) En accord!

  • @Pascal : Je te rejoins dans l’idée du « nécessaire temps d’adaptation ».

    Je serai plus réservé sur ton opinion concernant les « blogueurs qui se croyaient trop beaux » , pour moi la faute est plus souvent du côté des recruteurs qui voient les blogueurs trop beaux … Enfin c’est un cercle vicieux, quand l’ego est nourri, l’ego gonfle :)

    @Arnaud : une chose est sûre : un CM est remplaçable ! C’est difficile parce qu’il crée souvent une vraie relation de confiance avec les internautes, mais certaines marques ont trouvé une « solution » (qui vaut ce qu’elle vaut) en aliasant dès le départ. Tu remplaces l’homme mais pas l’alias en espérant que ça passe inaperçu :)

    @Betty : l’oeuf ou la poule … J’ai pas la réponse, mais j’imagine que c’est arrivé. Ca rejoint ma réponse à Pascal :)

    @Fabrice : la grande question que je me pose depuis que j’ai réfléchi à cet article c’est : est-ce que l’influence est une compétence ? J’aurai tendance à dire non de prime abord, pour moi la compétence ce serait plutôt avoir des capacités à se construire un réseau et / ou à activer son réseau existant …

    Et je me pose beaucoup de questions sur le double emploi interne / externe des CM. Je comprends qu’on puisse faire les 2, mais les compétences nécessaires ne sont pas forcément les mêmes…

    Je vais garder « vaporware » dans un coin, je kiffe bien la référence :o

    @Taoufik @Jeromepineau : Thx =)

  • Complétement d’accord avec ton analyse Maxime. J’ai du voir la même annonce que toi hier et la diffuser ;-)
    Après, je me fais la réflexion que, hélas, cette question n’est pas propre à ce métier, mais à la culture du recrutement en France. C’est l’idée du risque zero, censé être garanti par le choix d’un collaborateur qui exerce déjà le même métier exactement de la même manière ailleurs. Bien sûr, sur un nouveau métier c’est encore pire, car cela se heurte au principe de réalité du marché. Mais, déjà sur un métier existant depuis longtemps, je crois que c’est très peu miser sur les « ressources humaines », que de penser que l’humain n’est capable que de répétition, et pire, que cela va lui permettre d’exercer un talent. De fait, le candidat retenu, ne remplit jamais tous les critères, et est souvent choisi, parce qu’il apporte un atout qui n’avait pas été pensé par le recruteur. C’est toujours, même si c’est quasiment jamais exprimé, une histoire de rencontre, de feeling humain, et heureusement!
    Dernier truc, il y a des pays où on est plus pragmatique, où on donne plus sa chance à l’humain. Mais c’est aussi des sociétés où on licencie aussi plus facilement un collaborateur qui n’est pas ultra performant.

  • A vrai dire c’est chez toi que j’ai vu cette annonce en premier :)

    T’as une chouette vision du recrutement, mais comme tu le dis pas forcément la plus répandue dans nos contrées.

  • Adrienne Alix

    Le bon Community manager n’est-il pas au contraire celui qui sait se faire tout petit au sein de la communauté pour l’encadrer et la faire progresser elle-même ?

    Enfin bref, je suis d’accord avec le coup de gueule :-)

  • Eloalsol

    Très pertinent, 100% d’accord!

  • On est toujours en minorité sur qqch. Et comme disait mon tout premier maitre de stage, quand j’avais 20 ans : l’important c’est la capacité de résistance ;-)

  • Salut Maxime

    Je ne savais pas que tu avais été actif sur un site de jeuxvideo ! Il s’agissait de quel site ? Je crois que l’on va avoir des choses à se dire vu que je travaille sur http://www.jeuxvideo.fr ;)

    Sur la question de l’influence, c’est un peu comme le community management : on y met un peu tout.
    Sur quora, il y a un bon topic (http://qr.ae/A3eR) qui montre que dans l’influence, il y a plusieurs choses à prendre en compte :
    – Reach (l’étendue de la propagation)
    – proximity (le degré d’intimité entre 2 personnes)
    – Expertise (Le niveau d’expertise de l’influenceur)
    – Relevancy (la pertinence du message)
    – Credibility (la crédibilité de l’influenceur)
    – Trust (le niveau de confiance)

    L’influence n’est donc pas forcement aussi simple à mettre en place qu’on voudrait nous le faire croire. C’est un travail de longue haleine, nécessitant une constance et une certaine disponibilité. Sans compter que l’on peut être influent dans une sphère d’intérêt tout en étant un nobody dans une autre !

    NB : j’ai failli aller au concert de Yaël l’autre soir ;)

  • Pingback: De quoi avons nous parlé la semaine du 24 janvier ? « The Roxane Company()

  • Salut Raphael !

    Oui j’ai longtemps été membre de csfrance.net, devenu ensuite esfrance (qui existe encore mais est en coma végétatif) . Modérateur / rédacteur et tutti quanti, ce genre de parcours qu’on est finalement assez nombreux à avoir :)

    Merci pour tes précisions sur l’influence, toujours aussi pertinentes ! Je te rejoins complètement sur la conclusion que tu en tires d’ailleurs.
    Tu vas presque arriver à me motiver à m’inscrire sur quora (que je boycotte pendant un mois, ça devrait arriver à échéance début février ^^)

    Réponse à ton NB : la prochaine fois, ne faillis pas :o Elle passe à l’Olympia début mai ;)

  • « The domain csfrance.net may be for sale » gloups….
    Et en mai, je serais installé sur Lyon (y’a des dates ? :o))

  • Oui c’est esfrance.net qui fonctionne encore :)

    A Lyon il y a rien de prévu, elle est passée en décembre :(

  • Dommage :(

  • Bon par contre elle passe à St Etienne, Grenoble … et en région parisienne d’ici là :)

  • Pingback: Revue de Presse Community Manager #1 | Community Management()

  • Tout a fait d’accord avec toi, les offres qui commencent à pulluler sont en quête de profil multi-tâche, quasi impossible à trouver :pour le CM on trouve des demandes du type : « tu écris comme un dieu, tu es un expert en SEo, tu connais toutes les ficelles du marketing, tu es expert en réseaux sociaux, tu aimes travailler en équipe et tu fais le repassage . »
    Rude

  • Mince, c’est exactement le profil que je recherche! Si je retire repassage, j’aurais plus de CV? ;)

  • Perso je peux faire le repassage, c’est pas écrit qu’il faut le faire bien ^^ #ouf !

  • Pingback: INFLUENCERS – Underconstruct()

  • Anonyme

    merci pour cet excellent papier

  • Influence est une niveau de rayonnement qui s’apparente beaucoup à la radiation; de par sa pérennité dans l’espace-temps mais surtout de par sa capacité à infiltrer et changer tout corps social et culturel. L’influence est radioactive puisqu’elle altère l’ADN des corps qui en sont exposés.

  • Pingback: La question de la mesure d’influence des community managers » Revue de WEB 2.0()

  • Pingback: les articles de la semaine que je vous conseille | WTFIRL? Nicolas Rigaud()

  • Pingback: De quoi avons nous parlé la semaine du 24 janvier ? | Roxane()